Livraison Mondial Relay Offerte en France Métropolitaine dès 34,90€ -10% sur votre 1ère commande avec le code « BIENVENUE »
Livraison Mondial Relay Offerte en France Métropolitaine dès 34,90€ -10% sur votre 1ère commande avec le code « BIENVENUE »
Aide
Mon compte

Les roles du zinc dans l'équilibre hormonal

Le zinc est présent à l’état de traces dans l’organisme mais il s’agit néanmoins de l’un des minéraux les plus importants, tant son implication est grande dans de nombreux processus enzymatiques vitaux. Ce composant structurel de plusieurs protéines permet notamment de jouer un rôle essentiel dans la régulation du système endocrinien.

Quels sont les aliments et la supplémentation à privilégier pour assurer un taux de zinc respectueux des normes nutritionnelles recommandées ? Quels sont les rôles du zinc dans le système endocrinien ? Faisons le point.

Un rôle essentiel dans le système endocrinien

Implication dans les hormones thyroïdiennes

Au même titre que le sélénium, le zinc joue un rôle déterminant dans le fonctionnement de la thyroïde et de ses hormones. Le zinc est impliqué dans la formation et l'activité de la TRH ou thyrotropin-releasing hormone, produite par l'hypothalamus et à l'origine de la synthèse et de la libération de la TSH ou thyroid-stimulating hormone, qui déclenche la libération des hormones thyroïdiennes.

Le zinc intervient également dans l'activité de la T3 ou triiodothyronine, l'hormone thyroïdienne active, par le biais de récepteurs spécifiques. Un déficit en zinc peut mener à des troubles de la thyroïde.

Jeune femme tenant un comprimé

Selon une étude iranienne, le niveau d'hormone T3 libre a augmenté de manière significative dans les groupes de volontaires qui ont reçu du zinc, avec ou sans sélénium. Les chercheurs concluent que des déficits thyroïdiens faibles à moyens peuvent être contrôlés par des changements alimentaires.

Implication dans les hormones insuline et leptine

Un déficit en zinc pourrait induire une surproduction d'insuline, l'hormone régulatrice de la glycémie dans le sang.

De plus, le zinc peut stimuler la production de leptine, l'hormone responsable de la sensation de satiété, et participer ainsi à réduire l'appétit. A contrario, un déficit en zinc entraîne une baisse du taux de leptine.

Le taux de zinc serait inférieur chez les personnes en surpoids et leur taux ne s'améliorerait guère après une supplémentation. Le surpoids pourrait donc altérer l'assimilation du zinc.

Implication dans l'hormone testostérone

Le zinc a un rôle essentiel dans la mobilité des spermatozoïdes et la synthèse de testostérone, l'hormone mâle sécrétée chez l'homme et la femme, mais en plus grande quantité chez l'homme.

Implication dans l'hormone de croissance

Le zinc tient une place indispensable dans la croissance du prématuré, du nourrisson et de l'enfant. Il aide notamment la production des enzymes qui vont générer l'hormone de croissance somatropine, également appelée somatotropine ou somatotrophine.

Implication dans l'hormone gustine

La gustine est présente dans la salive et stimule la croissance des papilles. Le zinc participe à stabiliser cette hormone.

Implication dans les hormones prostaglandines

Le zinc permet la production de prostaglandines, hormones pouvant exercer une action apaisante à partir des acides gras polyinsaturés oméga-3 et 6.

Implication dans l'hormone thymique

Une supplémentation en zinc permettrait la bonne intégrité du système immunitaire. En effet, le zinc joue un rôle important dans la structure et l'activité du facteur humoral thymique, une hormone sécrétée par le thymus, qui participe aux mécanismes de défenses naturelles de l'organisme. Le zinc serait particulièrement efficace au niveau de la sphère ORL.

Les compléments alimentaires en zinc permettent d'améliorer l'immunité chez les personnes âgées. Une étude a montré que la supplémentation sur trois mois a amélioré l'activité des cellules immunitaires et diminué le nombre d'infections.

Terravita vous recommande

Une alimentation plus riche en zinc

Le zinc est essentiel pour tout le monde mais certaines personnes sont plus susceptibles d'en manquer que d'autres, notamment les végétariens et les végans, les personnes âgées, les femmes enceintes ou les personnes souffrant de sensibilités intestinales récurrentes.

Les apports recommandés dépendent de plusieurs facteurs tels que l'âge, le poids, le sexe, la taille et la teneur en phytates de l'alimentation. Ils s'élèvent généralement entre 10 et 15 mg/jour.

Sachez que le zinc contenu dans les protéines animales est mieux absorbé que celui contenu dans les protéines végétales. Cette diminution est due à la présence de phytates, notamment dans les céréales complètes.

Les sources alimentaires les plus fournies sont :

  • Les huîtres : 16,7 mg pour 100 grammes
  • Le foie de veau : 12,9 mg pour 100 grammes
  • Le jaune d'œuf : 3,95 mg pour 100 grammes
  • Le shiitake séché : 7,66 mg pour 100 grammes
  • Les graines de courge rôties : 764 mg pour 100 grammes
  • Le crabe cuit : 7,62 mg pour 100 grammes.

On trouve également le zinc en quantités dans le germe de blé, les légumineuses et les graines de sésame. À noter que le zinc alimentaire n'est pas stocké par l'organisme et doit être apporté tous les jours par la variété des aliments consommés.

Quelle supplémentation choisir ?

Gélules de compléments alimentaire de zinc

Chez les personnes âgées, une révision de l'alimentation peut suffire à corriger un déficit en zinc mais, chez d'autres personnes comme les végétariens, la supplémentation peut s'avérer pertinente.

Pour la supplémentation, choisissez du zinc sous forme bisglycinate de très haute qualité, hautement biodisponible et breveté. Cette forme douce n'irrite pas les intestins, ne provoque pas d'intolérances digestives ni d'effets secondaires tels que des maux de tête et un goût métallique dans la bouche, même lorsque le complément alimentaire est pris en dehors des repas.

Vous pouvez associer à ce complément alimentaire une supplémentation de cuivre car l'absorption de zinc a tendance à en diminuer l'assimilation. Alternez les périodes de supplémentation de quelques semaines avec des périodes sans supplémentation. Ne dépassez pas 15 mg par jour, sauf dans certains précis vus avec votre médecin ou votre pharmacien.

Conclusion

L'alimentation doit être suffisamment variée et équilibrée pour suffire à maintenir un bon taux de zinc dans l'organisme et participer à la synthèse et au fonctionnement normal des hormones dans lesquelles il est impliqué. Si ce n'est pas le cas, la supplémentation peut vous aider à combler le déficit.

Gare à l'excès
Un excès en zinc peut réduire l'absorption d'autres minéraux tels que le cuivre et le fer. Ce cas peut notamment affaiblir les défenses immunitaires.

Biodisponibilité
La biodisponibilité du zinc dépend de plusieurs facteurs alimentaires, en particulier des phytates présents dans les céréales et les légumineuses, mais aussi du calcium et du fer, qui ont tendance à diminuer son absorption par l'organisme.

 

Sources 

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30772815/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30982439/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8875519/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2657247/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9701160/